La vitesse limitée à 30 km/h à Paris

limitation de vitesse paris

A partir du 30 août 2021, la vitesse des véhicules dans tout Paris sera limitée à 30 km/h, à l’exception du périphérique, du boulevard Maraisau et de plusieurs axes. Avant cette mesure, 60 % des routes parisiennes étaient limitées à 30 km/h. La décision a été prise à l’issue d’une consultation sur le sujet organisée fin 2020.

Du 27 octobre au 27 novembre 2020, la Ville de Paris a organisé une consultation sur la généralisation de la limitation de vitesse à 30 km/h.

Durant cette période, 5 736 personnes ont donné des avis, dont 5 445 avis obtenus via des formulaires en ligne. La majorité sont des Parisiens (63% des répondants).

Cette nouvelle mesure vise principalement à améliorer la sécurité routière et à réduire les nuisances sonores.

A l’écoute des Parisiens et des Franciliens

– 59% des Parisiens sont favorables au ralentissement

En combinant toutes les positions, nous avons remarqué qu’il y a quelques commentaires (50%) qui favorisent fortement la réduction de la vitesse à 30 km/h :
– 31% des personnes ont accepté de limiter la vitesse générale à 30 km/h.
– 19% permet de régler la vitesse en fonction du type d’axe.

Certains Parisiens sont favorables à la mise en place de cette mesure avec certains axes maintenus à 50 km/h.

Si nous regardons les résultats par emplacement :

Pour les parisiens :

– 59 % d’accord ou plus précisément d’accord avec 30 km/h :
– 39% des personnes sont en faveur de la généralisation.
– 20% des gens sont d’accord avec 30 km/h, alors que la vitesse de certains axes est de 50 km/h.
– 39% s’opposent à la mesure

Pour les résidents d’Île-de-France :

– 36% d’accord ou assez d’accord avec 30 km/h 
– 16% est utilisé pour la généralisation.
– 20% des gens sont d’accord avec 30 km/h, alors que la vitesse de certains axes est de 50 km/h.
– 61 % des personnes se sont opposées à cette mesure.

Vous souhaitez en savoir plus sur les vélos de fonction ? Rendez-vous ici sur notre page d’accueil ! 

 

Quels sont les sujets d'actualité lors de la consultation ?

La majorité des participants sont d’accord avec le thème de la sécurité routière (49 %) pour justifier leur choix.

Un quart des personnes interrogées ont suggéré de réduire les nuisances sonores pour justifier leur choix.

Quels sont les avantages de passer à 30 km/h ?

La réduction de la vitesse autorisée sur la route peut réduire le nombre d’accidents personnels d’environ 25 % en moyenne. Pour les accidents graves et mortels, cette réduction peut atteindre plus de 40 %. 

La réduction de la vitesse permet également une meilleure coexistence de la mobilité au sein de la ville

Réduire le bruit

La vitesse des usagers de la route est réduite de 20 km/h, et le bruit autour de la route (environ -3 décibels) est divisé par deux. La pollution sonore peut affecter la santé et la qualité de vie, et affecter le corps et même l’esprit (stress, insomnie, dépression, etc.).

Mieux partager les espaces publics en favorisant les mobilités douces

Réduire la vitesse permet de limiter les risques routiers pour tous les usagers. Selon l’Organisation mondiale de la santé (2004), lorsque la vitesse de collision est de 50 km/h, le risque de décès des piétons dans une collision est de 80 %, alors que lorsque la vitesse de collision est de 30 km/h, le risque de décès des piétons n’est que de dix%.

De plus, réduire la vitesse permet de repenser l’espace public, de l’organiser de différentes manières et de favoriser une fluidité douce. En augmentant la vitesse de 50 km/h à 30 km/h, on peut libérer en moyenne 20 à 50 centimètres de routes, qui peuvent être redistribués à d’autres usages : prolongements de trottoirs, végétalisation, création de pistes cyclables.

Envie d’un vélo de fonction à assistance électrique ? Contactez-nous ! 

Au niveau des vélos : la voie vélo

Afin de réduire rapidement le nombre d’accidents à Paris, la plupart des rues de la capitale sont désormais limitées à 30 km/h. Cette nouvelle limitation de vitesse s’accompagnera d’un grand nombre d’améliorations des voies à sens unique, afin que les cyclistes puissent les utiliser.

Ces travaux se feront au fur et à mesure des aménagements, notamment en région parisienne. A terme, toutes les voies répondant aux conditions nécessaires (largeur suffisante, poids lourds bas, bonne visibilité, etc.) seront équipées de voies cyclables bidirectionnelles.

Embellissez votre quartier et transformez Paris autrement.

Avertir ! Même si la limite de vitesse est de 30 km/h, les cyclistes ne sont pas autorisés à emprunter les voies opposées au sens général de la circulation dans les sens interdits sans signalisation spécifique.

Au cours du processus de consultation, les citoyens de Paris ont formulé de nombreuses questions et suggestions. De nombreuses informations, notamment sur les transports en commun, ont été analysées par la ville et seront prises en compte dans les discussions avec les partenaires.

Pourquoi utiliser le vélo comme moyen de transport ?

Pourquoi utiliser le vélo comme moyen de transport ?

Pourquoi utiliser le vélo d'entreprise comme moyen de transport ?

La première raison est écologique. Dans la plupart des grandes villes, l’air ambiant est malsain. Il est contaminé par les gaz dégagés par l’utilisation de nombreuses voitures particulières et voitures de société. L’utilisation du vélo comme moyen de transport est un moyen de réduire considérablement les émissions de gaz et de rendre l’environnement sain.

L’utilisation d’un vélo d’entreprise est simple et fiable. Pour les employeurs et les employés, il s’agit d’une solution rentable. Les intervenants peuvent souscrire à différents forfaits. Le vélo est bon pour la santé. Une activité physique qui sollicite tout le corps. Le vélo d’entreprise est un véritable allié du bonheur et un moyen de transport pas cher.

1. Choisir le bon vélo pour se tourner vers les déplacements à vélo

Avant d’entrer dans la jungle urbaine, il vous faut un vélo. Le premier pas obligatoire et logique vers le cyclisme. Le choix de votre cadre doit être mûrement réfléchi en fonction de vos besoins et de vos souhaits. En privilégiant le confort ou la performance, vous ne choisirez pas le même type de vélo. Le budget, l’emplacement idéal sur le vélo, le type de parcours, la longueur du parcours et le dénivelé sont également des critères à prendre en compte. Vélos de ville, VTT, vélos électriques, VTC ou voitures de course, vous trouverez forcément un modèle qui vous correspond !

2. Apprivoisez votre vélo

Maintenant que vous avez trouvé le vélo parfait, il est temps d’apprivoiser votre monture. Connaître son vélo est une étape importante. D’une part, cela réduira vos soucis. En revanche, votre comportement et vos réactions changeront.
Quelques réglages de base vous permettront d’ajuster correctement votre position sur le vélo pour vous rendre le plus confortable possible. Le réglage de la hauteur de la selle et de la longueur de la tige peut facilement vous rendre plus confortable. Profitez-en pour vous familiariser avec la transmission et les freins du vélo. Tant que vous êtes dans les réglages, pensez à bien gonfler les pneus. Un mauvais gonflage des pneus peut avoir un effet très inconfortable.

Vous souhaitez en savoir plus sur les vélos de fonction ? Rendez-vous ici sur notre page d’accueil ! 

3. Commencez lentement et plongez-vous progressivement dedans

Vous êtes maintenant prêt à prendre la route ! Pour votre première sortie, optez pour un itinéraire simple. Un itinéraire court et régulier, que vous devrez peut-être faire plusieurs fois par semaine, serait idéal. Comme aller dans une boulangerie. Il n’y a rien de plus que d’être habitué à faire du vélo, à marquer des points sur la route et à trouver son propre rythme. Si possible, commencez ce voyage pendant la circulation dense, tôt le matin ou tout au long de la journée. Tout d’abord, de temps en temps, par exemple une fois par semaine, puis augmentez la vitesse jusqu’à ce que vous le fassiez souvent. Une fois que vous avez maîtrisé cet itinéraire, vous êtes prêt à partir à l’aventure..

4. Planifiez votre itinéraire

Après être allé plusieurs fois à la boulangerie, vous pouvez être sûr que vous voudrez aller plus loin. Après cela, il est utile de déterminer clairement son itinéraire. Si vous décidez de vous rendre au travail à vélo, cherchez d’abord l’itinéraire le plus facile sur la carte. Attention, le meilleur itinéraire n’est pas forcément le plus court ! L’objectif principal est le confort. Après avoir trouvé l’itinéraire, profitez d’une journée paisible, dimanche ou jour de repos, et testez à votre rythme. Cela vous permettra de limiter les risques de mauvaises surprises les jours importants.
homme à vélo

5. Prenez votre temps

Prendre son temps est le meilleur moyen de posséder des vélos et des itinéraires. Il est important de connaître votre vitesse de croisière lorsque vous démarrez un mouvement à vélo. Rendez votre voyage à vélo amusant tout en évitant la transpiration et l’essoufflement à votre arrivée. Surtout que les premiers jours peuvent être plus compliqués. Il est temps de restaurer votre condition physique et de laisser le cœur s’adapter petit à petit à cet effort. Mais ne paniquez pas. Quel que soit votre âge ou votre condition, votre corps s’adaptera rapidement, petit à petit. Le voyage deviendra de plus en plus facile !

6. Prévoir la météo

Autre facteur important à considérer : les conditions climatiques. Avant de partir, consultez la météo ! Par temps pluvieux, ensoleillé, extrêmement froid ou extrêmement chaud, il sera plus confortable de s’équiper en conséquence. Bonnet, lunettes de cyclisme, poncho imperméable, housse de guidon… Il existe une large gamme de vêtements et d’accessoires pour répondre à tous les caprices de Dame Nature. Apportez un imperméable, et vous trouverez rapidement qu’il est assez agréable de vous frayer un chemin à travers les files d’attente bloquées sous l’inondation. 

Envie d’un vélo de fonction à assistance électrique ? Contactez-nous ! 

7. Équipez-vous pour voir et être vu

Les feux de vélo et les accessoires de signalisation sont essentiels pour la visibilité de jour comme de nuit. Pour être plus précis, la loi stipule que les véhicules doivent être équipés de feux avant jaunes ou blancs avec des feux arrière rouges. Aussi pour ce matériel votre rack doit avoir des réflecteurs, ces petits réflecteurs se trouvent à l’avant, en haut et en haut des roues et des pédales. Enfin, deux freins minimaux et une sonnette nécessaires pour votre sécurité.

8. S’adapter au trafic

Conduire en ville au démarrage n’est pas toujours facile. La circulation dense sur les routes et vivre avec des voitures, des motos et des camions peut représenter un danger. Aussi, le réflexe d’un débutant est généralement de le garder petit sur la route.

Maintenant, vous devrez vous habituer à prendre sa place sur la route car vous êtes aussi légal que les véhicules. Attention toutefois aux piétons, ils ont la priorité.

N’hésitez pas à sortir dans un premier temps, ou un cycliste expérimenté pourra vous conseiller.
Pour vous habituer progressivement à la circulation, choisissez un véhicule exclusivement pour vélos. Enfin, appliquez quelques bons réflexes : gardez toujours un œil sur les autres usagers, notamment dans les directions cyclables et les détours. Surtout, essayez de rester poli dans toutes les situations.

9. Protégez votre vélo

Enfin, dernière étape avant de devenir un expert de la mobilité vélo, choisir un antivol vélo efficace ! Un bon antivol de vélo est très important, surtout dans les zones urbaines, pour éviter le vol de votre vélo. En effet, à la maison ou au travail, il faut souvent être dehors.

En quelques heures voire quelques minutes, disposer de la protection ultime pour votre vélo vous permettra de mettre votre cher et tendre esprit à l’aise sans craindre de ne pas le retrouver.

Vous êtes maintenant prêt à passer au vélo. En suivant certains de ces conseils, la transition vers le cyclisme se fera plus en douceur.

Et croyez-nous, cela peut changer votre vie !